Accueil Santé Comment soigner la mononucléose infectieuse (ou maladie du baiser) ?

Comment soigner la mononucléose infectieuse (ou maladie du baiser) ?

Comment soigner la mononucléose infectieuse (ou maladie du baiser) ?

Vous commencez par ressentir une forte fatigue ? Vos tâches habituelles vous semblent extrêmement pénibles et à cela vient s’ajouter l’apparition des ganglions ou d’une angine ? Il est fort probable que vous souffrez de la maladie du baiser. Qu’est-ce que cette maladie ? La mononucléose, comment l’attraper ? Les différents symptômes ainsi que le moyen de guérir ? on vous dit tout dans cet article.

Qu'est-ce que la mononucléose infectieuse?

La mononucléose infectieuse (MNI) est une infection bénigne qui est provoquée par le virus Epstein-Barr (EBV) de la famille des herpès virus. La mononucléose provoque une prolifération des globules blancs (lymphocytes) d’un seul noyau. Cette maladie infectieuse se transmet uniquement par la salive ou voie virale. D’où sa dénomination de la « Maladie du baiser » ou « Maladie des fiancés 

Mode de transmission de la mononucléose infectieuse

Lorsqu’une personne est infectée, le virus Epstein — Barr, la contamination est maximale lors de la phase aiguë. Pendant cette période, l’infectée peut contaminer toute personne entrant en contact avec lui. La transmission peut se faire par un simple baiser. Mais aussi, un éternuement ou une projection de toux peuvent être la base d’une contamination.

Également, lorsqu’on se sert d’objet ayant été en contact avec une personne infectée par la mononucléose. Il est fort possible d’être aussi contaminé. Par ailleurs, dans certains cas exceptionnels, la transmission de la maladie de Barr peut se faire sexuellement ou par voie sanguine.

Le processus d’incubation de la maladie Barr

Lorsque le virus EBV pénètre dans l’organisme, il prend place dans les ganglions. Une fois à cet endroit, une durée de 4 à 7 semaines peuvent s’écouler sans que le virus ne donne récidive. Vient ensuite la période de symptôme mononucléose.

Passer la période des symptômes et de la convalescence, la personne infectée garde la présence en petite quantité du virus dans sa salive jusqu’à 6 mois. Ainsi, pendant cette période, il peut encore contaminer son entourage.

Quels sont les symptômes de la mononucléose infectieuse ?

La mononucléose symptômes varient en fonction que le patient soit asymptomatique ou particulièrement à risque. Pour le premier cas, il s’agit des enfants et des nourrissons. Lorsque ceux-ci sont contaminés, la maladie passe inaperçue à cause de leur jeune âge. Ils développent dès lors une immunité à la maladie grâce aux anticorps que le corps produit. Ceux-ci grandissent alors sans jamais présenter les symptômes de la mononucléose.

Pour le second cas, ce sont les adolescents qui présentent les différents signes de la maladie. Ceux-ci étant à risque, on constate chez eux une fatigue intense et la fièvre.

Comment savoir qu’on souffre de mononucléose infectieuse ?

Les premiers signes de la mononucléose sont entre autres une grande fatigue qui rend les tâches habituelles pénibles. Cette fatigue dure environ 2 à 3 semaines. Il survient par la suite, une perte d’appétit, une forte fièvre qui peut excéder les 39 °C et s’accompagner de frissons. Cette fièvre peut durer 3 à 4 jours.

Par ailleurs, une angine peut également se manifester avec des difficultés à avaler. De nombreux ganglions enflés et douloureux peuvent aussi apparaitre au niveau du cou. Quand on souffre de la maladie du baiser, les douleurs musculaires, les maux de tête intenses font partir du quotidien pour quelques jours.

Une augmentation de la rate est aussi possible ainsi que l’apparition des nausées fréquentes. On constate également dans certains cas, l’irruption des plaques rouges au niveau des cuisses, des bras et du tronc quand la personne infectée prend des antibiotiques.

Il peut dans certains cas, survenir des complications qui nécessitent une hospitalisation. Lorsque la rate prend considérablement de volume et se rompt en cas de traumatisme. Aussi, en cas d’une atteinte de foi provoquant un risque d’hépatite ou jaunisse, une hospitalisation est nécessaire. Pour finir, il peut aussi survenir, une atteinte neurologique ou cérébrale chez le patient. Laissant alors apparaitre le syndrome de Guillain-Barré ou une inflammation des nerfs.

Que faire en cas de mononucléose ?

Lorsque vous êtes atteint de la maladie de Barr, il faut vous faire consulter chez un médecin afin que celui-ci établisse un diagnostic. Pour être sûr que vous êtes véritablement atteint du virus Epstein Barr, le médecin traitant va palper l’abdomen et réaliser un test de diagnostic rapide (le TDR).

Dans le cas où les symptômes ne soient pas si visibles, ce dernier peut réclamer une prise de sang pour confirmer la présence du syndrome mononucléose dans le corps.

Comment soigner la mononucléose infectieuse ?

En cas de mononucléose, le seul remède à privilégier, c’est le repos, le repos et rien que le repos. Jusqu’à lors, il n’existe en effet aucun mononucléose traitement jusqu’à nos jours. Cette maladie disparait d’elle-même avec le temps. Toutefois, pour vite guérir et ne pas avoir de complication, vous devez éviter toutes activités sportives et vous reposer au maximum.

Les seuls traitements disponibles peuvent simplement soulager contre les divers symptômes de la maladie. Ainsi, hormis le repos, vous devez beaucoup vous hydrater avec des bouillons et du jus. Vous devez également prendre de l’eau légèrement salée pour lutter contre les maux de gorge et manger équilibré tout en évitant les repas acide ou épicé.

Les médicaments pour soulager la mononucléose

Vous pouvez prendre des antibiotiques pour prévenir contre les infections éventuelles. Aussi, en cas de fièvre, maux de tête et douleur, vous pouvez aussi prendre des antalgiques pour atténuer la douleur. Toutefois, l’aspirine est fortement déconseillée pour les moins de 16 ans, car elle peut être à la base de certaines complications.

En somme, pour contaminer le moins possible son entourage lorsqu’on est infecté, quelques précautions sont à prendre. Notamment, se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, éternuer dans un mouchoir à usage unique ou dans le coude. Aussi, il faut s’abstenir des contacts physiques et éviter de partager sa nourriture ou son verre. Toutes ces précautions permettront de protéger vos proches contre la maladie.

Vous aimerez aussi :